Les médecins, très exposés au risque de dépression

Politique économique

Les médecins, très exposés au risque de dépression

Les conditions de travail et de vie associées à cette profession se traduisent par une surconsommation d’antidépresseurs, d’anxiolytiques et d’opioïdes.

Selon de nombreuses enquêtes internationales, comparés à la moyenne des actifs occupés, les médecins jouissent d’une meilleure santé physique, mais d’un moins bon équilibre psychique couplé à un usage plus important de médicaments.

Ainsi, aux États-Unis, plus de 10 % des médecins déclarent en abuser, 20 % se disent déprimés et plus de 30 % affirment souffrir de burn out.

À lire aussi > Tenir compte de la santé mentale, nouvel impératif politique

Comment expliquer cette mauvaise santé mentale des médecins ?

Faut-il incriminer les difficultés d’un métier marqué par le poids des responsabilités et les menaces latentes de poursuite pour faute professionnelle ?

Faut-il y voir, au contraire, les manifestations de traits de caractère particulièrement prononcés chez ceux qui choisissent ce métier et qui les prédisposent à surconsommer drogues et médicaments (il a été documenté, par exemple, que les médecins sont plus « perfectionnistes ») ?