Sociologie

Marx, Bourdieu, Lind… La nouvelle lutte des classes est-elle celle des sédentaires contre les nomades ?

Sélection abonnés

Le développement et l’urbanisation ont disséminé les lieux de vie économique, commerciale, sociale et culturelle. Pour en profiter, les individus doivent pouvoir disposer de différents moyens de transport.

Martine Peyrard-Moulard
,
Illustration de l'article Marx, Bourdieu, Lind… La nouvelle lutte des classes est-elle celle <span class="highlighted">des sédentaires contre les nomades</span> ?

© Pierre GLEIZES/REA

Toute société est stratifiée et hiérarchisée en groupes sociaux dont les membres se ressemblent par leur patrimoine, leur pouvoir, leur savoir, leurs valeurs, leur manière de vivre et de penser. Ces groupes se distinguent les uns des autres. La façon dont ils sont hiérarchisés entre eux, ainsi que les relations économiques et socioculturelles qu’ils entretiennent les uns avec les autres, tout cela permet de saisir le mode de stratification sociale à l’œuvre et son évolution prévisible.

L’ère du capital culturel

Depuis Karl Marx1, le regard sur la société a radicalement changé. Il fut le premier à l’analyser en termes de contradictions et de conflits. Selon lui, le capitalisme structure l’espace humain en deux classes sociales antagonistes : la bourgeoisie, propriétaire des moyens de production, et le prolétariat, qui ne dispose que de sa force de travail, vendue contre un salaire maintenu à son minimum par la concurrence.

Néanmoins, bien que conscientes de leurs intérêts en conflit permanent, les deux classes sont interdépendantes et la lutte qui s’engage entre elles pour le partage de la plus-value générée par le travail – la dimension économique est centrale – enclenche la mutation de la société.

  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Inégalités
  4. Marx, Bourdieu, Lind… La nouvelle lutte des classes est-elle celle des sédentaires contre les nomades ?