Polarisation de l’emploi : les moins qualifiés sont pénalisés

Politique économique

Polarisation de l’emploi : les moins qualifiés sont pénalisés

Le progrès technique ne peut à lui seul expliquer ce double mouvement synchrone : baisse des opportunités pour les travailleurs en bas de l’échelle professionnelle, hausse des offres pour les plus qualifiés.

La polarisation fait référence à une déformation de la structure des emplois en faveur à la fois des métiers hautement qualifiés (bien payés) et des métiers peu qualifiés (mal payés). Il en résulterait une érosion des métiers situés au milieu de la distribution des salaires, donnant crédit au thème de la « disparition de la classe moyenne ».

Les tâches routinières propres aux métiers du milieu de la distribution des salaires, la comptabilité, par exemple, pourraient être exécutées par des logiciels ou des robots pour un coût moins élevé.

En revanche, les tâches non routinières que l’on rencontre aussi bien dans le haut de la distribution des salaires (dans les métiers dits intellectuels, comme les ingénieurs) que dans le bas de la distribution (restauration ou services à la personne, par exemple) seraient moins susceptibles d’être effectuées par des automates.