Economie

Pourquoi les économistes aiment-ils tant les taxes comportementales ?

Sélection abonnés

Plutôt que d’interdire un comportement négatif pour l’environnement, la santé publique ou autre, l’instauration d’une taxe permet de le réguler, à condition d’avoir bien mesuré tout ce que cela implique.

Marie Frumholtz
,
Les taxes sont élevées sur les carburants en raison de leurs externalités négatives

Les taxes sont élevées sur les carburants en raison de leurs externalités négatives

© Midjourney

Lorsqu’on prend sa voiture, par exemple, on participe à une pollution qui affecte tout le monde, sans en avoir réellement conscience. Selon les économistes, tout individu rationnel ne prend en compte les coûts et les avantages de ses actes que pour lui seul. Il n’interroge pas l’impact qu’ont ses décisions sur les autres. Or, nos choix affectent leur bien-être, sans qu’ils ne puissent agir contre (votre voisin ne vous empêchera pas de monter dans votre véhicule en se jetant sur vous chaque matin). C’est ce qu’on appelle des externalités négatives.

Lire aussi > C'est quoi, les externalités ?

Pour remédier à ces comportements, l’une des solutions qui peut être adoptée est la taxation, autrement dit instaurer un droit d’accise, un impôt indirect sur la vente ou l’utilisation de certains produits ou services. « Il s’agit d’internaliser ces externalités. La société décide d’avoir une prise sur la situation. Si vous voulez continuer à mener votre action, libre à vous, mais à condition de payer une certaine somme qui doit être équivalente au coût engendré pour la société, afin de compenser les dommages », développe Thomas Douenne, économiste spécialiste des questions environnementales et des inégalités.

  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Budget et Fiscalité
  4. Pourquoi les économistes aiment-ils tant les taxes comportementales ?