Sociologie

La presse et son difficile financement : deux cent ans de recherche de l'équilibre économique

Sélection abonnés

Dans un contexte de défiance citoyenne et de diffusion des fake news, bousculés par le numérique, les producteurs de l’information – considérée par certains comme un "bien public" –, sont condamnés à innover pour survivre. Deux siècles que ça dure...

,
Représentation numérique d'un vendeur de journaux, à Paris au XIXe siècle

Représentation numérique d'un vendeur de journaux, à Paris au XIXe siècle

© Midjourney

Jeudi 22 mars 2018. Le microcosme français de la presse est stupéfait. L’hebdomadaire Ebdo, lancé deux mois et demi auparavant, stoppe brusquement sa publication après seulement 11 numéros. La veille, Vraiment, un autre nouveau-né, a tenté sa chance en kiosques. Son destin sera tout aussi tragique. Faute de lecteurs, le titre est liquidé après huit semaines de parution. « 2018, année noire pour la presse ? », titrait le magazine économique Challenges. Décennie noire, serait-on tenté d’écrire. En 10 ans, le métier a perdu 7 % de ses effectifs. Un chiffre qui montre que l’industrie de l’information traverse une période de profonde mutation. Télé, presse écrite, radio : tous les supports sont touchés.

Il est bien loin le temps où deux journaux se lançaient avec réussite au même moment. Le 1er juillet 1836, les Français découvrent les quotidiens Le Siècle et La Presse. Leurs patrons visionnaires contribuent à faire entrer l’information dans son « siècle d’or » en inventant un modèle économique fondé sur la double vente du journal : une première fois au lecteur, une seconde fois, par la publicité, à l’annonceur. Le modèle permet de proposer un prix de vente assez bas.

  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Éducation et Formation
  4. La presse et son difficile financement : deux cent ans de recherche de l'équilibre économique