Quand les territoires ne peuvent plus retenir les talents
  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Emploi
  4. Quand les territoires ne peuvent plus retenir les talents

Politique économique

Quand les territoires ne peuvent plus retenir les talents

André Zylberberg, directeur de recherche émérite, Centre d’économie de la Sorbonne
,
Sélection abonnés

Au lieu de lutter contre la fatalité, les politiques publiques et les collectivités locales devraient aider les zones périphériques à faire valoir leurs autres avantages comparatifs par rapport aux grands centres urbains.

Ces dernières années, la plupart des pays développés ont connu une « polarisation » de leur marché du travail : de nombreux emplois routiniers, situés dans la moyenne de la distribution des salaires et pouvant être exécutés par des robots ou des logiciels ont disparu, alors que la part des emplois hautement qualifiés ou au contraire peu qualifiés s’accroissait.

Éco-mots

Polarisation de l'emploi

Structure du marché du travail, composé de différents marchés (segments) avec des caractéristiques spécifiques (statuts, de droits sociaux, rémunération...) traduisant une bipolarisation du marché : d'un côté les emplois stables, en CDI et de l'autre les emplois précaires.

Dans le même temps est apparu un phénomène de « divergence des territoires » : les villes ayant initialement une part importante d’emplois qualifiés – généralement de grandes villes – ont vu cette part encore augmenter tandis qu’à l’inverse, les villes comptant une proportion importante d’emplois peu qualifiés – généralement des villes de taille modeste – ont créé encore plus d’emplois de ce type.