Qui choisit le lycée professionnel ? Duel de jugements sur l’orientation

Politique économique

Qui choisit le lycée professionnel ? Duel de jugements sur l’orientation

Pierre Bourdieu jugeait que la surreprésentation des classes peu favorisées reflète la fatalité de la reproduction sociale, mais Raymond Boudon y voit des arbitrages de rentabilité individuels.

Qualifiée d’« immense chantier » par Emmanuel Macron, la prochaine réforme du lycée professionnel permettra-t-elle d’améliorer cette voie scolaire souvent délaissée ? Créés en 1985, les lycées professionnels accueillaient, à la rentrée 2021, 600 000 jeunes, soit un lycéen sur trois. Ces établissements peinent aujourd’hui à offrir aux jeunes des conditions favorables d’insertion dans l’emploi : seuls 51 % des bacheliers professionnels travaillent deux ans après l’obtention de leur diplôme. Face à ce constat, l’heure de la réforme a sonné. Mais au fait, qui s’oriente vers la filière pro ?

Sans surprise, l’enseignement professionnel reste la principale orientation des catégories sociales les moins favorisées : selon la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP), 56,9 % des élèves scolarisés en lycée professionnel sont issus d’une catégorie défavorisée contre 6,9 % issus d’une catégorie favorisée.