Retraite à 65 ans : quelles conséquences pour le chômage des seniors ?
  1. Accueil
  2. Politique économique
  3. Emploi
  4. Retraite à 65 ans : quelles conséquences pour le chômage des seniors ?

Politique économique

Retraite à 65 ans : quelles conséquences pour le chômage des seniors ?

Audrey Fisné-Koch
,
Sélection abonnés

Si l’on se fonde sur la réforme de 2010, cela pourrait augmenter le taux d’emploi de certaines catégories de seniors, mais aussi accroître la précarité pour d’autres.

Interrogé sur France 2 ce 26 octobre, Emmanuel Macron persiste et signe : « On n’a pas d’autre choix que de travailler davantage. » Le chef de l’État a confirmé vouloir repousser l’âge légal de départ à la retraite (de quatre mois par an, à partir de l’été 2023 pour arriver à 65 ans d’ici à 2031).

Deux arguments sont au cœur de son raisonnement : l’espérance de vie plus longue et le déficit du système de retraite (13 milliards d’euros en 2020). Un faux argument si l’on se fie aux chiffres du Conseil d’orientation des retraites (COR) qui montrent que la transition démographique et les réformes déjà engagées suffiront à amener le système à l’équilibre.

Lire aussi > Retraites : le système actuel menace-t-il vraiment de s’effondrer ?

Alors, pourquoi réformer ? Pour Jean-Charles Simon, économiste et président de l’entreprise de statistiques Stacian, les choses sont très claires : « L’argument financier est secondaire. Derrière cette mesure, la principale motivation c’est que la France doit travailler davantage. Ce que les promoteurs de la réforme veulent, c’est augmenter le taux d’emploi des 55-64 ans. » En 2020, ce taux a atteint 53,8 % en France contre 59,6 % en moyenne en zone euro, 71,8 % en Allemagne ou encore 77,6 % en Suède.